Vous êtes ici :   Accueil » Mon Estampille
 
Photorama
Lutherie
 ↑  
Travail du bois
Tournage sur bois
 ↑  
Travail du cuir
Travail du métal
Logiciels
Recherche
 
Fermer
Me Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.labellenote.fr/data/fr-articles.xml

Fabriquer son estampille de pyrogravure.

Lorsque l'on réalise une belle pièce d'ornement, et qu'on est fier de son travail, on est naturellement porté à vouloir signer son oeuvre.
J'ai pour ma part fabriqué ma propre estampille, qui me permet de signer de la même manière, toutes mes pièces, dans un endroit discret.

Voici ce que cela donne :


Pour ce faire, j'ai d'abord du réfléchir à mon logo.
Il faut bien réfléchir, car il ne s'agira pas d'en changer trop souvent.
J'ai opté pour mes initiales, entrelacées l'une dans l'autre : un C et un M.
J'ai utilisé l'un de mes logiciels préférés de dessin vectoriel qui est Inkscape.
J'ai aussi recherché sur le Web des polices de caractères un peu originales pouvant me donner un beau C et un beau M, tout en restant dans le domaine du "réalisable".

J'ai récupéré le C, le M, et j'ai transformé les lettres en dessin vectoriel dans Inkscape, ce qui m'a permi ensuite de les déformer, et les entrelacer jusqu'à trouver un résultat satisfaisant.
J'ai ensuite imprimé toute une série avec différentes tailles, avec pour chacune une représentation en symétrie verticale, vous allez comprendre pourquoi.

La partie délicate est la réalisation de la matrice de pyrogravure.
J'ai utilisé un morceau de rond de cuivre diamètre 10mm environ.
J'ai reproduit sur la tranche le dessin , mais attention, pas celui à l'endroit, tel que l'on regarde la marque une fois imprimée, mais son dessin symétrique, comme si on le regardait dans un miroir. (et oui, comme sur tous les tampons !).
Il faut ensuite sculpter les parties creuses.
Ce n'est pas simple, j'ai utilisé d'abbord le dremel pour percer le plus gros des parties creuses et ensuite j'ai littéralement sculpté le cuivre avec de minis gouges fabriquées avec des queues de foret cassés en HSS ou même carbure, meulés suivant le besoin.
C'est un travail de patience, mais voici ce que ça donne :
 
FB

Il ne reste plus qu'à fixer le morceau de cuivre au bout d'un fer à souder et hop, ça fonctionne !
 
Voici un exemple sur un instrument de musique en buis :
Estampille Chalumeau


Tant que j'y suis dans les trucs un peu fou, voici une autre application de mon logo :
Il s'agit du "truss rod cover" de ma mando F5, réalisé en incrustation de nacre, sur une lamelle d'ébène de moins de 2 mm d'épaisseur.
Je vous assure que c'est du sport ! (la découpe de la nacre sans casser, et le fraisage de moins d'1mm de profondeur ...

Et voilà !
Buxus.



Unless explicitly specified, all works presented on this page are released under a
Creative Commons BY-NC-SA International License.
Licence Creative Commons
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License




Date de création : 22/11/2012 : 17:57
Dernière modification : 20/03/2014 : 13:01
Catégorie : Travail du bois - Atelier
Page lue 9242 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
Me Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne