Vous êtes ici :   Accueil » L'Ebonisation
 
Lutherie
 ↑  
Travail du bois
Tournage sur bois
 ↑  
Travail du cuir
Travail du métal
Logiciels
Recherche
 
Fermer
Me Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.labellenote.fr/data/fr-articles.xml

L'Ebonisation

L'ébonisation est, comme son nom l'indique, un procédé de teinte du bois qui permet, sous certaines conditions, de lui donner une belle teinte noire profonde à la manière de l'ébène.

Châtaigner ébonisé.La pièce représentée à droite est un petit tricotin en bois de châtaigner, incrusté d'étain à la manière des bombardes légendaires de Jean Pierre Jacob.

L'ébonisation est obtenue par réaction chimique entre de l'acétate de fer et les tanins naturels du bois.

L'acétate de fer est tout simplement obtenu en faisant tremper du fer, plus précisément de l'acier contenant donc du fer dans de l'acide acétique, c'est à dire du  ... vinaigre.

Pour que cela fonctionne correctement, il faut impérativement utiliser des bois taniques. Les tanins sont des substances chimiques naturellement sécrétées par notamment les arbres, en proportions variables suivant les essences.

Les plus grandes concentrations en tanins se trouvent dans l'écorce du chêne et du châtaigner, ce sont donc naturellement avec ces essences que l'on obtiendra les meilleurs résultats.

On peut cependant aider le processus pour les bois pauvres en tanins, en les badigeonnant au préalable avec un thé noir très fort, et mieux encore, avec une "tisane" composée d'écorce de chêne ou châtaigner réduite en poudre infusée dans de l'eau très chaude un certain temps.

Ci dessous, voici quelques résultats sur différentes essences de bois trouvées dans mon atelier.

Certains résultats sont assez clairs, mais on peut répéter à volonté le procédé, Thé + acétate de fer pour à chaque fois foncer un peu plus.

Préparation

Préparation d'Acetate de Fer Les échantillons
  L'acétate de fer : tout simplement un tampon de laine d'acier trempé dans un bocal fermé rempli de vinaigre blanc. On laisse infuser deux à trois jours.

Les échantillons de bois :

  • Bois rouge exotique
  • Houx
  • Châtaigner
  • Frêne
  • Epicéa
  • Hêtre
  • Erable

Application

Application Thé

Application sur la moitié de la surface des échantillons

d'une couche de thé noir bien fort.

Résultats

Résultat Résultat, après trois couches d'acétate de fer.
Châtaigner
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Châtaigner  (sur la tranche, couleur originale)

Pour ce bois, le thé n'apporte rien, il y a assez de tanin naturellement.

L'ébonisation est plus noire que le véritable ébène, avec
une légère nuance violacée.

Une finition cirée, ou mieux, huilée redonne un noir profond
et supprime l'aspect violet.

Bois rouge
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Bois exotique rouge, genre Sipo.

Le thé a un effet très modéré sur ce bois qui est manifestement tanique naturellement.

Résultat correct. Il faudrait persévérer en renouvelant l'acétate de fer.

Frêne
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Frêne

On voit sur la partie droite l'effet de l'application du thé. Le frêne est pourtant réputé tanique, mais cette planche semble assez pauvre en tanins, ce qui prouve que les propriétés du bois peuvent être très variables, même dans une même essence. L'apport du thé est indispensable.

Résultat moyen. Il faudrait persévérer en renouvelant thé + acétate de fer.

Houx
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Houx

On voit sur la partie haute l'effet de l'application du thé.  L'apport du thé est donc indispensable.

Résultat moyen. Il faudrait persévérer en renouvelant thé + acétate de fer.

Hetre
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Hêtre (bois debout)

Résultat médiocre, mais pas d'application de thé dans ce cas.

 Il faudrait persévérer en renouvelant thé + acétate de fer.

Erable
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Erable

On voit sur la partie droite l'effet de l'application du thé.  L'apport du thé est donc indispensable.

Résultat mediocre. Il faudrait persévérer en renouvelant thé + acétate de fer.

Epicea
  • En haut : véritable ébène
  • En Bas : Epicéa

On voit sur la partie droite l'effet de l'application du thé.  L'apport du thé est donc indispensable. L'épicéa est l'un des bois les moins taniques.

Résultat mediocre. Il faudrait persévérer en renouvelant thé + acétate de fer.




Unless explicitly specified, all works presented on this page are released under a
Creative Commons BY-NC-SA International License.
Licence Creative Commons
Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License




Date de création : 28/01/2013 : 23:31
Dernière modification : 11/02/2013 : 19:32
Catégorie : Travail du bois - Recettes Finition
Page lue 11050 fois


Réactions à cet article

Réaction n°4 

par patabois le 28/04/2015 : 13:33
Bonjour

Perso pour les bois moins tanniques, je leurs passe une liqueur d'alun pour une meilleure accroche.
Je vais essayer avec du thé
ce n'est que ma recette
un essai sur du platane
pat


Réaction n°3 

par patabois le 06/02/2015 : 16:25

Bonjour

Suite à ta présentation sur Couleur Bois

Pour les bois à faible tanin, je passe par un mordançage à l'alun et aprés comme toi la "soupe de clou"

A+
pat

_____________________________________

Merci pour le conseil, j'essaierai ça une prochaine fois, même pour les teintes autres que l'ébonisation à l'acétate de fer, le mardançage peut être utile, je pense en particulier au frêne que j'ai souvent du mal à faire accrocher aux teintes !

Merci du conseil !

Christophe


Réaction n°2 

par Panthera le 17/11/2014 : 22:40

Bonjour,

J'ai réalisé une sculpture que je termine avec votre procédé.

Concernant la protection de la couleur, j'ai réalisé quelques tests sur une chute : vernis, huile.

La finition à l'huile donne effectivement un noir plus intense.

Savez-vous si la finition huilée garde son éclat dans le temps ?

cordialement

___________________________________

Bonjour,

Merci pour ce retour.

Oui, je ne suis pas surpris, en particulier sur certains bois, l'huile a déjà tendance à foncer. (Le cocobolo par exemple, une fois huilé devient très sombre). L'huile a l'avantage d'être pénétrante et donc elle doit apporter beaucoup plus de profond à la teinte.

Si vous avez utilisé une huile "siccative", c'est à dire une huile qui sèche en durcissant (polymérisation), on peut normalement multiplier les couches jusqu'à obtenir un couche brillante, plus satinée cependant qu'un véritable vernis.

C'est en fait le principe des vernis "gras", à base d'huile, qui sont très durables, puisqu'on les trouve sur des violons centenaires (école allemande, contrairement à l'école italienne qui utilise des vernis à l'alcool).

Cordialement,

Christophe


Réaction n°1 

par patricio le 03/11/2014 : 16:49

bonjour a quelle profondeur fonctionne cette technique  es ce realisable sur une touche d'instruments de musique 

merci 
_________________________________
Bonjour,
Je crains que pour une touche, soit plusieurs mm d'épaisseur, et qui plus est de bois dur, l'ébonisation ne soit pas la bonne technique. C'était un peu l'espoir que j'avais également, et même plus modestement pour du placage de l'ordre du millimètre...
Mais les essais que j'ai pu faire montrent une pénétration assez faible.
Je n'ai toutefois pas essayé par trempage, la pénétration pourrait peut-être s'améliorer ainsi.
En réalité, je crois que la seule méthode viable pour teinter réellement à coeur est la technique de bain avec dépression, c'est à dire que l'on place la pièce de bois dans un tube rempli en partie de teinte, et dans lequel on fait le vide.
On trouve sur le Web des montages à base de compresseur de frigo par exemple pour réaliser ce dispositif, c'est utilisé notamment par les fabricants de coutellerie.
Je n'ai jamais tenté cette méthode personnellement.
A bientôt,
Christophe

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
Me Contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne